Editorial

Tabac dans les films, alerte rouge ! 
 
L'industrie du tabac ne négligeant jamais aucun moyen pour promouvoir ces produits, le placement de ceux-ci dans des films de cinéma devient de plus en plus fréquent. Une étude réalisée par les Centers for Disease Control and Prevention (les CDC constituent ensemble la principale agence gouvernementale américaine de protection de la santé publique) le montre nettement.

S'appuyant sur les données du site http://scenesmoking.org/, les CDC dénoncent une forte augmentation de la présence des produits du tabac dans les films du box-office américain.  Ainsi en 2016 étaient recensées 3145 apparitions contre seulement 1824 en 2010 !
 
Le placement de produit est une technique publicitaire visant à faire la promotion d'un produit ou d'une marque à travers les productions audiovisuelles comme le cinéma, les clips musicaux ou encore des séries. Moyennant finance, les réalisateurs acceptent d'offrir une vitrine à un produit, garantissant à la marque une forte visibilité auprès d'un public très attentif, au temps de cerveau particulièrement disponible pour paraphraser l'ancien patron d'une chaîne de télévision française. Une aubaine pour les producteurs qui recherchent sans cesse des financements pour des films qui coûtent toujours plus chers à produire.  
Le site observe ainsi, par exemple, une dizaine d'apparition de la cigarette dans le film La La Land ou plus d'une cinquantaine dans le film The Danish Girl. 

Selon les CDC, entre 2010 et 2016, la présence du tabac a grimpé de 72%, quel que soit la catégorie de films. Pourtant, le nombre de films faisant référence au tabac a baissé puisque 41% du box-office américain présentait des scènes tabagiques en 2016 contre 45% en 2010. 
C'est donc bien le nombre de scènes dans certains films qui a fortement augmenté ! 
La France n'est pas épargnée non plus. La Ligue contre le cancer avait sonné l'alarme, en 2012, avec une étude très parlante : 80 % des 180 films visionnés présentaient au moins une scène avec un produit du tabac.
En moyenne, le tabac était présent 2,4 minutes par film. Pour avoir un ordre d'idée, c'est l'équivalent de 5 publicités télévisées de format classique quant à la durée. Mais l'effet de l'exposition est beaucoup plus fort, du fait de la différence de concentration et d'attention du public devant la télévision et au cinéma. En outre, la normalisation et la « glamourisation » du tabac fonctionnent à plein avec cette technique de promotion.
L'étude de la ligue démontrait même que dans le cinéma français, l'interdiction de fumer dans les lieux clos et couverts à usage collectif n'existait visiblement pas ! 

Les deux études convergent, en outre, sur le fait que les films destinés aux adolescents et aux femmes sont plus particulièrement touchés par cette invasion tabagique. Or, il s'agit précisément des deux cibles prioritaires aujourd'hui de l'industrie du tabac.  

Un article du Figaro rapporte le contenu particulièrement éclairant d'un document interne de Philip Morris à ce sujet : « Nous pensons que la plupart des images fortes autour des cigarettes et de la tabagie sont créées par le cinéma et la télévision », « Les films et les personnalités ont plus d'influence sur les consommateurs qu'une affiche statique d'un paquet de cigarettes ».  Pour ne citer qu'un exemple connu et public de cette utilisation de personnalités du cinéma, Sylvester Stallone avait touché de fortes sommes d'argent de l'industrie du tabac pour faire apparaître des cigarettes dans 5 de ses films. 
    
Les réseaux sociaux ne sont pas en reste. Le tabac "glamour" est trop souvent présent, relayé, partagé avec de jolies photos à l'appui. L'industrie du tabac utilise, dans ce cas, le marketing viral, autre technique maintenant bien rodée et documentée.  
Plusieurs études ont démontré d'ailleurs que plus les jeunes sont exposés à des images tabagiques notamment via les écrans, plus le risque de fumer est fort.

L'OMS recommande d'ailleurs d'interdire les films incluant des scènes tabagiques aux moins de 18 ans.

Encore un nouveau champ de ce combat multidimensionnel que nous devons mener, pour permettre l'émergence de cette première génération sans tabac, objectif réaffirmé par le Président Macron et la Ministre Agnès Buzyn. 

Bonne lecture,  
 
 
 
 

Actualités

Entreprises

Domicile

Restaurants

Cafés - tabacs

Cliniques et hôpitaux

Conformément à la loi Informatique et Libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de rectification et de suppression des informations vous concernant auprès de DNF par Internet en écrivant à webmaster@dnf.asso.fr ou par courrier, 13 rue d'Uzès - 75002 PARIS. Pour vous désabonner, cliquez sur le lien suivant : {LINKS}.