Editorial

Le paquet de cigarettes à 10 euros, un levier indispensable à lutte antitabac ?


La France demeure l'un des pays les plus fumeurs d'Europe avec un taux de prévalence toujours très élevé.
Selon le dernier Eurobaromètre, alors que la moyenne européenne stagne à 26%, notre territoire connaît près de 36% de fumeurs. Pis encore, il s'agit d'une augmentation de 4 points par rapport à 2008. En outre, toutes les tranches d'âge sont impactées.

A ce rythme, les objectifs ambitieux du Programme National de Réduction du Tabagisme (PNRT), en matière de réduction de la prévalence, apparaissent hors de portée.
DNF a toujours salué l'ambition du PNRT, le fait qu'il s'agissait d'un plan ayant intelligemment recours à des mesures nombreuses et variées, mais a également vivement déploré que le précédent quinquennat ait été plus que frileux sur le terrain de la fiscalité et des prix du tabac.

Il est donc plus que temps de réagir.
Pour ce faire, il faut recourir à l'instrument fiscal pour mener une politique déterminée de hausse des prix.

L'augmentation des taxes sur les produits du tabac, et ainsi la pression exercée à la hausse sur les prix, est la stratégie la plus efficace pour réduire sensiblement la consommation de tabac et encourager à l'arrêt, y compris en présence de marchés ayant une composante illicite. De plus, c'est une mesure peu coûteuse à mettre en oeuvre et qui génère des revenus additionnels pour l'Etat. Le rapport mondial sur l'épidémie globale de tabagisme 2015 de l'OMS l'a démontré avec rigueur.

La réduction de la consommation, produite par la hausse de la taxation et des prix, est en effet parfaitement établie par des études scientifiques. A chaque hausse de 10% des prix, la consommation réduit en moyenne de 4% dans les pays développés, les jeunes et les personnes en situation de précarité étant les plus sensibles à l'effet prix.
(En savoir plus)

Autre effet vertueux, jusqu'à des hypothèses de réduction de la consommation très élevées, les recettes de l'Etat augmentent substantiellement. Ces revenus supplémentaires ne sont pas de trop, lorsque l'on sait que le seul coût annuel des soins de santé pour les maladies liées au tabac est de 25,9 milliards d'euros en France. A comparer aux 14 milliards d'euros de rentrées fiscales (TVA comprise) générées par la vente de tabac.
( Lire l'étude OFDT)

Or, depuis 2003-2004 et l'augmentation massive des taxes voulue par Jacques Chirac - ayant produit une hausse de 40% des prix et réduisant la consommation de tabac de 34% -, la politique française de taxation du tabac a été timide, se limitant à des hausses soigneusement calibrées pour ne pas produire d'effets réels.

Au cours de sa campagne, le Président Macron a pris un engagement fort : le paquet à 10 euros. Agnès Buzyn, la Ministre de la santé, a confirmé cet objectif. Dans un article de ce matin, elle affirme sa volonté d'augmenter fortement le prix, et ce dès 2018 !

DNF, qui a développé une expertise reconnue dans le domaine de la taxation du tabac, sera au premier rang de ses soutiens dans ce combat décisif.


Bonne lecture,



Actualités

Questions diverses

Établissements scolaires

Domicile

Entreprises

Questions sur la loi

Autres formes d'enseignement

Cafés - tabacs

Hôtels

Conformément à la loi Informatique et Libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de rectification et de suppression des informations vous concernant auprès de DNF par Internet en écrivant à webmaster@dnf.asso.fr ou par courrier, 13 rue d'Uzès - 75002 PARIS. Pour vous désabonner, cliquez sur le lien suivant : {LINKS}.