Editorial


Journée Mondiale Sans Tabac
La lutte contre le tabac, condition du développement durable


La journée mondiale sans tabac met l'accent, cette année, sur la menace représentée par le tabac pour le développement durable.
Cette menace est protéiforme : santé, compétitivité économique, finances publiques et comptes sociaux, soutenabilité de nos systèmes de protection sociale, éducation, pauvreté et inégalités sociales, environnement..., tous ces éléments clefs d'une approche durable du développement sont impactés très lourdement par le tabagisme.

Sans multiplier les exemples, rappelons tout de même certaines illustrations des ravages innombrables causés par les produits du tabac.
Ce sont plus de 7 millions de décès prématurés chaque année dans le monde, dont plus de 80% surviennent dans les pays à revenu faible ou intermédiaire.
C'est également un coût annuel mondial lié au tabagisme représentant plus de 10 fois les sommes consacrées à l'aide au développement.
Ce sont 32% des enfants de familles employées dans la culture du tabac soumis à des environnements de travail dangereux.
C'est une trappe à pauvreté et un accélérateur d'inégalités. Les résultats du dernier Baromètre santé 2016 en sont une triste illustration : alors que la prévalence est globalement stable depuis 2010 dans notre pays, alors qu'elle régresse chez les Français à haut niveau de revenus de 2,6 points sur la même période, le pourcentage de fumeurs quotidiens a continué d'augmenter chez nos compatriotes à faibles revenus (37,5% contre 35,2% en 2010).

C'est aussi un impact désastreux sur l'environnement avec, exemple parmi bien d'autres, des mégots de cigarettes qui représentent 30 à 40% de l'ensemble des déchets recueillis lors des campagnes internationales de nettoyage des villes et des plages.

Dans ce contexte, il était plus que nécessaire que le Programme de développement durable des Nations-Unis intègre, comme cela a été fait à Addis-Abeba en 2015, la lutte contre le tabac dans les Objectifs de Développement Durable (ODD). (Voir notre lettre bimensuelle)

Le temps doit désormais être celui de l'action tous azimuts, pour que cette intégration prenne sa pleine signification. Les idées, les projets, les solutions sont en grande partie connus et fondés sur des études scientifiques nombreuses et bien établies.

Le renforcement de l'application de la Convention-Cadre pour la Lutte Anti-Tabac (CCLAT) de l'OMS, véritable boîte à outils des politiques publiques contre le tabagisme, est ainsi expressément mentionné dans le Programme de développement durable. Il est indispensable que cette mention donne de l'ampleur à cette application, ampleur que la dernière Conférence des Parties (COP) n'a certes pas pleinement permise. Or, des études ont démontré qu'une application ambitieuse de la CCLAT serait un véritable accélérateur de développement durable.
Autre ressource, le programme MPOWER, défini par l'OMS dès 2008, a href="http://www.who.int/tobacco/mpower/fr/">contient des mesures efficaces et peu coûteuses à mettre en place.

Parmi celles-ci, de fortes et régulières hausses de la taxation du tabac demeurent un « outil puissant », comme le souligne encore l'OMS à l'occasion de cette journée mondiale.

Les idées ne sont d'ailleurs pas seulement le fait de l'OMS ou des acteurs institutionnels.
Pour la France, DNF et le CRAPS (Club de Réflexion sur l'Avenir de la Protection Sociale) ont ainsi formulé récemment de nombreuses propositions.

Au niveau européen et international, le réseau européen de prévention du tabagisme ENSP, dont DNF assume désormais la vice-présidence, a organisé la semaine dernière une grande conférence internationale regroupant plus de 300 experts venus de 44 pays. Là encore, les propositions et les angles d'attaque étaient nombreux et extrêmement divers.

Pour notre pays, ce sont désormais au Président Macron, au Gouvernement d'Edouard Philippe et tout particulièrement à Agnès Buzyn, appuyés sur la future majorité parlementaire, à agir. DNF a salué positivement leurs intentions affichées et a déjà présenté son analyse de l'acquis à préserver et des politiques publiques à amplifier.
Face à une menace aussi grave et globale contre le développement durable, la célèbre phrase de Napoléon trouve tout son sens : « Il ne faut ni de si, ni de mais, il faut réussir ! »


Actualités

Conformément à la loi Informatique et Libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de rectification et de suppression des informations vous concernant auprès de DNF par Internet en écrivant à webmaster@dnf.asso.fr ou par courrier, 13 rue d'Uzès - 75002 PARIS. Pour vous désabonner, cliquez sur le lien suivant : {LINKS}.