Editorial

Contre le tabac, une lutte internationale

Pour la 7ème fois en douze ans, les pays ayant ratifié la Convention-cadre de lutte Anti-Tabac (CCLAT) de l'Organisation mondiale de la santé (OMS), se sont réunis afin de poursuivre les efforts visant à endiguer l'épidémie mondiale du tabac. DNF est membre de la FCA (Framework convention alliance), qui regroupe plus de 500 ONG dans le monde, et de l'ENSP (European Network for Smoking and Tobacco Prevention), le réseau européen de prévention du tabagisme, qui ont tous deux le statut officiel d'Observateur à la COP. A ce titre, DNF a été présente une fois de plus à ce rendez-vous international essentiel.

Seul Forum mondial permettant de mettre en place des politiques communes de contrôle du tabac, la Conférence des Parties (COP) s'est tenue du 7 au 12 novembre à New Delhi. Elle a sans doute marqué un tournant significatif dans ce processus de construction d'une stratégie antitabac à l'échelle de la planète fondée sur le consensus, l'évidence scientifique incontestable et la détermination politique de protéger la santé des populations contre les sordides intérêts des multinationales du tabac.

Contrairement à la vulgate répandue par ses détracteurs, la COP n'est pas une réunion où les décisions sont imposées par des ONG tout puissantes, capables de manipuler les 180 pays parties à la convention. Depuis la première COP, les débats sont intenses, les échanges complexes, les négociations ardues.

Cependant, cette fois-ci, ce fut vraiment différent, avec une difficulté inhabituelle à trouver un accord sur un certain nombre de questions.

Il y a plusieurs raisons à ceci. Pour commencer, pour une majorité d'Observateurs et de délégués des Etats « champions » de la lutte antitabac, il est apparu très nettement que certaines délégations cherchaient activement à ralentir ou même à saboter les discussions, et ce de façon très coordonnée. Cela passait parfois par l'utilisation d'arguments de procédure ou de droit, à la fois spécieux mais astucieusement pensés et construits, parfois en proposant un nouveau libellé contestable juste au moment où les Parties étaient proches d'un accord sur un point controversé. Pour parler clairement, certains Etats agissaient dans le cadre d'une stratégie et utilisaient des argumentaires dont ils n'étaient visiblement pas les auteurs.

La deuxième difficulté était liée au format même de la réunion : cinq jours et demi permettent à peine d'examiner un ordre du jour extrêmement long, et ceci malgré des réunions de préparation régionales qui sont menées en amont de la conférence afin de construire des positions communes.

La dernière raison est liée certainement au fait que la CCLAT a énormément progressé ces 12 dernières années : le traité est arrivé à sa maturité. Les Parties sont désormais très habituées à la négociation de lignes directrices et autres directives politiques, mais il y en avait fort peu à l'ordre du jour de cette COP7. Au contraire, cette fois-ci, les questions essentielles discutées portaient sur la mise en oeuvre des dispositions du traité, sur les aspects légaux et budgétaires, ainsi que sur la gouvernance (y compris les questions de transparence et de lutte contre l'ingérence de l'industrie au sein même de la COP). Or, ces thématiques auraient requis des compétences différences de celles des membres habituels des délégations, essentiellement issus des ministères de la santé de leurs pays respectifs.

La bonne nouvelle est que la COP7 a réussi à prendre, malgré ces difficultés, des décisions sur certaines questions importantes.

Un exemple en est la décision d'élaborer un cadre stratégique pour la CCLAT, organisé autour des moyens permettant d'atteindre l'objectif ambitieux d'une réduction de 30% de la prévalence fixé à la COP6. Il a été aussi décidé de renforcer le dispositif d'examen de la mise en oeuvre. Il s'agit d'aider les Parties et le Secrétariat de la Convention à identifier les besoins des pays membres en matière d'assistance technique et de ressources humaines, financières et techniques permettant d'atteindre leurs priorités.

La collecte de fonds pour le Secrétariat, la tenue de la COP et la mise en oeuvre de la CCLAT au niveau des pays devraient désormais aussi être facilitées. La voie a été montrée par le Royaume-Uni qui a annoncé, dès le début de la session, l'investissement d'une partie de ses fonds dédiés à l'aide au développement pour la mise en oeuvre de la CCLAT. On peut seulement espérer que cette décision sera imitée par d'autres pays ; elle est en tout cas un signe tangible que l'inclusion de la CCLAT comme outil pour atteindre les Objectifs de Développement Durable (ODD) de l'ONU pourrait produire des effets sensibles.

La COP7 a aussi consacré de nombreuses heures de discussion à la préparation de l'entrée en vigueur du Protocole contre le commerce illicite des produits du tabac. À mesure que nous nous rapprochons des 40 Etats ayant ratifié le Protocole, seuil qui déclenchera sa mise en oeuvre, il est important de commencer à faciliter l'accès aux éléments techniques permettant la mise en oeuvre du système international de traçabilité et de suivi des produits, élément clé du dispositif de lutte contre le commerce illicite conçu pour être indépendant de l'industrie du tabac. Une réunion de préparation aura lieu avant la prochaine COP, et en amont à la première réunion des Parties au Protocole, qui auront probablement lieu en même temps en novembre 2018. L'Union Européenne a beaucoup avancé dans ce domaine, dans le cadre de la mise en oeuvre de la Directive sur les produits de tabac qui a été adoptée en 2014 et dont les premières réglementations doivent être mises en oeuvre en 2017. Dans ce contexte, il est indispensable de coordonner les efforts européens et ceux des autres régions du monde afin que le système qui sera adopté au sein de l'Union puisse répondre efficacement aux objectifs du Protocole.

Par ailleurs, la décision de créer un centre international d'expertise sur les questions liées à la transparence et à la nécessaire indépendance des décisions publiques par rapport aux intérêts de l'industrie du tabac (article 5.3 de la CCLAT) devrait encourager les délégués qui sont confrontés à l'ingérence active et protéiforme de l'industrie du tabac dans leur pays d'origine.

Une autre avancée importante concerne l'adoption des recommandations pour l'application de l'article 19 de la CCLAT visant à faire reconnaitre sur le plan contentieux la responsabilité civile de l'industrie pour les dommages provoqués par leur activité. Les enjeux de l'application de cet article sont énormes et ils ouvrent des perspectives majeures pour la réparation des préjudices immenses causés par le tabac.

La COP7 a aussi réitéré la nécessite de réglementer la composition, la vente, la promotion et la consommation de tous les produits du tabac, incluant la chicha. D'autres sujets tels que les stratégies de contrôle du tabac spécifiques pour les femmes et les jeunes filles, les politiques de substitution de la culture de tabac, la coopération internationale, ont été abordés.

Pour les cigarettes électroniques, la COP a rappelé qu'elle recommandait soit l'interdiction pure et simple, déjà pratiquée par de nombreux pays, soit la réglementation de leur usage pour la poignée de pays qui privilégient une approche de réduction des risques. Elle a insisté sur le fait que, pour l'heure, la recherche ne permet pas d'atteindre un consensus ni sur la dangerosité éventuelle des cigarettes électroniques, ni sur leur rôle prétendu pour le sevrage tabagique.

Pour vaincre l'épidémie du tabac, la seule où le vecteur de transmission est une industrie, il est nécessaire que les pays agissent de manière coordonnée, déterminée et cohérente. Depuis son entrée en vigueur, la Convention a permis des avancées indiscutables et, dans certains pays, la consommation est en train de décliner de manière significative et durable. Il est cependant indispensable de comprendre, au plus haut niveau de décision politique comme au sein de l'opinion publique, que ce qui se décide à la COP détermine le futur de la lutte contre le tabac au niveau mondial, national et local. Il ne faut plus céder de terrain aux alliés et obligés de l'industrie du tabac au sein de ce forum. A nous, organisations et membres de la société civile, de rester attentifs et vigilants, et à nos décideurs de rester plus que jamais déterminés.

Pour DNF, l'expérience internationale de la COP a été prolongée par une rencontre extrêmement enrichissante en Espagne, lors de la journée de la société basque et navarraise de prévention du tabagisme, qui s'est tenue le vendredi 18 novembre à San Sebastian-Donostia. Nos amis et partenaires du pays basque ont honoré les deux associations spécialisées dans le contrôle du tabac en France, notre DNF et le CNCT, en nous accordant le prix Aire Berri (air nouveau) du contrôle du tabac. Ce prix récompensait nos efforts pour l'adoption des mesures indispensables de protection de la population contre le tabac, dont le Paquet Neutre. Ce fut un véritable plaisir de rencontrer les nombreux acteurs de la prévention qui agissent de l'autre côté des Pyrénées pour faire réduire la consommation de tabac, de comparer nos succès, les obstacles rencontrés et les stratégies nous permettant d'avancer dans cette cause juste, noble, humaine, afin de protéger des milliers de vies !




Actualités

Cafés - tabacs

Questions sur la loi

Publicité interdite

Domicile

Sport - loisirs - culture

Étrangers

Questions sur le tabac

Conformément à la loi Informatique et Libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de rectification et de suppression des informations vous concernant auprès de DNF par Internet en écrivant à webmaster@dnf.asso.fr ou par courrier, 13 rue d'Uzès - 75002 PARIS. Pour vous désabonner, cliquez sur le lien suivant : {LINKS}.