Editorial

Lettre ouverte à Madame la Ministre de l'Education Nationale française,
Madame Najat Vallaud-Belkacem,



75 organisations européennes en faveur des Lycées sans tabac


Madame la Ministre de l'Education nationale, Madame Najat Vallaud-Belkacem,

La dernière édition de l'enquête Espad (EuropeanSchool Survey Project on Alcohol and OtherDrugs), menée en avril et juin 2015 auprès d'élèves de 15-16 ans de 34 pays européens, montre qu'il est possible d'obtenir des résultats positifs contre le tabagisme des jeunes, à condition de mettre en oeuvre des politiques cohérentes et de faire respecter les réglementations réfléchies et adaptées.
Pour la France, cette enquête montre ainsi que 23% des lycéens fument au moins une cigarette par jour. Ils étaient 31% en 2011.

Ces chiffres encourageants ne doivent pas nous inciter à baisser la garde mais, bien au contraire, à amplifier l'effort pour arriver, enfin, aux premières générations sans tabac. En effet, le tabac étant le seul produit qui tue prématurément un fidèle consommateur sur deux, les jeunes sont la cible prioritaire de l'industrie du tabac. Les protéger contre l'entrée dans cette dépendance mortifère doit être notre constante obsession.

Pour y arriver, il faut réduire l'accessibilité au tabac, diminuer son attractivité et« dénormaliser » son usage.

Ce sont précisément ces objectifs, ainsi que la nécessaire protection contre le tabagisme passif, qui ont conduit, tant la communauté internationale que les Etats européens, à définir les espaces sans tabac, tout particulièrement dans les lieux d'enseignement.

Alors que 700 000 citoyens de l'Union européenne décèdent chaque année à cause du tabac, nous, organisations engagées contre ce fléau dans toute l'Union et au-delà, tenons à réaffirmer le caractère essentiel du respect de l'interdiction de fumer dans les établissements scolaires.

La France est considérée comme un modèle du fait des récentes décisions en matière de lutte contre le tabagisme adoptées dans le cadre du programme national de réduction du tabagisme et la loi de modernisation du système de santé. Toutes ces mesures pourraient être mises à mal en cas de réintroduction du tabagisme dans les lycées qui serait le symbole d'un recul majeur.

Dans ce contexte, nous voulons faire connaître au Gouvernement français tout notre soutien, alors qu'il fait face à une offensive concertée visant à remettre en question cette interdiction dans les lycées au nom de la sécurité des élèves.

Le risque d'attaque terroriste constitue une réalité trop menaçante pour être ignoré. La décision d'interdire la sortie des élèves pendant les récréations à des fins de protection est totalement justifiée. Il serait cependant erroné et simpliste de considérer que ce risque pourrait être écarté en autorisant les élèves à fumer au sein de leur établissement. Des solutions plus efficaces que déroger à l'interdiction de fumer sont possibles, et elles ont l'avantage de ne pas banaliser le tabagisme. Nous saluons votre détermination en tant que ministre française de l'éducation nationale, Madame Najat Vallaud-Belkacem, vous qui avez rappelé que le défi est double : éviter les attroupements extérieurs pendant les interclasses tout en ne laissant pas fumer dans l'enceinte de l'établissement.

Si des voyageurs dans un vol transatlantique peuvent rester 8 à 10 h sans fumer, il est possible d'aider nos lycéens à maîtriser, voire à se libérer de leur consommation de tabac.



Les responsables d'établissements scolaires doivent être accompagnés afin qu'ils puissent conjuguer sécurité physique et sécurité sanitaire de leurs élèves. Ces objectifs, loin d'être contradictoires, convergent totalement vers la seule priorité qui vaille, celle de la vie et de l'avenir de notre jeunesse européenne.


Lire la lettre ouverte

Actualités

Domicile

Cafés - tabacs

Discothèques - salles de danse

Association - Club privé

Entreprises

Questions sur le tabac

Établissements scolaires

Conformément à la loi Informatique et Libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de rectification et de suppression des informations vous concernant auprès de DNF par Internet en écrivant à webmaster@dnf.asso.fr ou par courrier, 13 rue d'Uzès - 75002 PARIS. Pour vous désabonner, cliquez sur le lien suivant : {LINKS}.