• DNF vous permet de poser vos questions en ligne et d’obtenir une réponse personnalisée dans un délai très bref.
  • Vous posez une question concernant un problème lié au tabac dans un lieu déterminé et notre équipe d’experts répond à votre interrogation et/ou vous conseille sur les démarches à suivre.

 

Questions-réponses

0 | 15 | 30 | 45 | 60 | 75 | 90 | 105 | 120 ... 5025
Voir l'ensemble des questions

Formation des enseignants à la protection contre le tabagisme Imprimer la question

Bonjour,

Ce sont les proviseurs qui exercent des pressions pour autoriser les zones fumeurs dans les écoles.

C’est l’Etat et les gouvernements successifs qui n’ont pas une position claire entre profit provenant des taxes et protection contre le tabagisme.

Pourquoi tout le monde se planque de la base au sommet laissant les jeunes en proie aux corrupteurs, aux groupes violents (adolescents et adultes) ?

Pourquoi ne fait-on pas passer des examens psychologiques aux personnes souhaitant travailler avec les enfants et les adolescents, et créer un service spécialisé contre les corrupteurs, cela mettrait en lumière leurs personnalités dangereuses pour exercer ce métier.

Réponse :

Il est avéré que tous les gouvernements qui se sont succédé n’ont pas permis de placer correctement le problème colossal du tabac dans la société, partagés qu’ils étaient entre un ministère qui gère à très court terme les finances de l’État et l’autre qui souhaite protéger la population du plus grand fléau évitable de santé publique jamais rencontré. La seule exception très temporaire date de 2003-2004 et a permis de faire arrêter le tabagisme à 1,3 millions de Français ; mais aussitôt, le lobbying féroce des buralistes et des fabricants de tabac a obtenu un moratoire de 4 ans sur les prix alors que ce résultat spectaculaire n’avait, en rien, diminué les recettes de l’Etat et des buralistes.

Le cycle infernal du tabagisme démarre à l’école et la dépendance au produit est d’autant plus forte qu’elle a été contractée très jeune. Sans aller jusqu’à des solutions aussi radicales que celles que vous proposez, il serait cependant utile que

  • le service des douanes rompe totalement avec la relation culturelle bienveillante qui le lie aux fabricants de tabac et aux buralistes, mais les douanes géraient encore la SEITA [1] il n’y a pas si longtemps que cela !
  • L’Education nationale se rapproche des associations dont le seul objectif est la protection contre le tabac et qui disposent de projets de prévention très efficaces et qui ont fait leur preuve plutôt que de confier cet objectif à des enseignants (1 sur 3 est fumeur) qui n’ont aucune formation en la matière.
GA 

  • Faites un don
  • Rejoindre DNF
  • Echanger sur Facebook
  • Espace presse
  • Inscription à la lettre bimensuelle