• DNF vous permet de poser vos questions en ligne et d’obtenir une réponse personnalisée dans un délai très bref.
  • Vous posez une question concernant un problème lié au tabac dans un lieu déterminé et notre équipe d’experts répond à votre interrogation et/ou vous conseille sur les démarches à suivre.

 

Questions-réponses

0 ... 1875 | 1890 | 1905 | 1920 | 1935 | 1950 | 1965 | 1980 | 1995 ... 4920
Voir l'ensemble des questions

D’après vous, si le gouvernement Interdisait la cigarette, que se passerait-il ? Imprimer la question

D’après vous, si le gouvernement Interdisait la cigarette, que se passerait-il ?
Réponse :

Le BHUTAN est le seul pays au monde à avoir interdit la commercialisation et la consommation du tabac, mais ce royaume, proche du Tibet, ne compte qu’un peu plus de 700 000 habitants et l’expression de la liberté n’y a pas la même valeur que dans les démocraties occidentales.

L’expérience de la prohibition, notamment dans les années 30 aux États-Unis, laisse dans la mémoire collective un souvenir plus lié à la grande délinquance qu’à la résolution d’un problème de santé publique.

DNF pense donc que la régression de ce fléau de santé publique commence par l’éradication du tabagisme passif car il concerne 80% de la population (les non-fumeurs), mais également les fumeurs qui sont, et c’est naturel, souvent en recherche de lieux confinés réservés aux fumeurs et dans lesquels s’ajoute à leur propre fumée celle des autres (fumée passive). Cette protection contre le tabagisme passif a fait, grâce notamment à la ténacité des associations comme DNF et au courage politique de certains dirigeants, des progrès considérables en l’espace de 2 ans.

Dans un second temps, il faut éradiquer toute forme de propagande ou de publicité pour le tabac et pour les produits du tabac qui a pour effet de maintenir une image sociale valorisante du tabac et surtout du tabagisme. DNF a permis, par les procès qu’elle a intentés et gagnés contre la presse écrite, d’éradiquer la publicité illégale dont les journaux étaient truffés. Elle est sur le point d’en obtenir autant pour les publicités sur Internet et dans la presse spécialisée (cigares).

Il reste donc à maintenir cet effort de « dénormalisation » du tabac en demeurant vigilants. Il reste également à informer et aider les générations qui ont été sacrifiées car elles vivaient dans un environnement tabagique permanent.

Il reste également à convaincre les cafetiers et les restaurateurs, mais beaucoup le sont déjà, que la la consommation de nourriture ou de boisson, contrairement à ce qu’on veut leur faire croire, perd de sa convivialité lorsqu’elle se fait dans un nuage de fumée.

Mais il reste surtout à faire disparaitre les tentations multiples qui visent à embrigader les plus jeunes, qu’il s’agisse de cigarettes aromatisées aussi dangereuses que les autres cigarettes, de bars à chicha où, sous couvert de convivialité et d’une odeur de rose on pourrait faussement penser que le tabac contenu dans le narghilé est inoffensif alors qu’il l’est et constitue en plus une porte d’entrée dans le tabagisme.

GA 

  • Faites un don
  • Rejoindre DNF
  • Echanger sur Facebook
  • Espace presse
  • Inscription à la lettre bimensuelle