• DNF vous permet de poser vos questions en ligne et d’obtenir une réponse personnalisée dans un délai très bref.
  • Vous posez une question concernant un problème lié au tabac dans un lieu déterminé et notre équipe d’experts répond à votre interrogation et/ou vous conseille sur les démarches à suivre.

 

Questions-réponses

0 ... 105 | 120 | 135 | 150 | 165 | 180 | 195 | 210 | 225 ... 5040
Voir l'ensemble des questions

Allergie ou hypersensibilité au tabac non brulé Imprimer la question

‌Bonjour, Madame, Monsieur,

Je ne sais pas exactement à qui envoyer ce email et d’ailleurs je l’ai fait parvenir à Madame x qui l’a tout simplement supprimé (Quelle gentillesse) ...

SVP Pourriez vous le remettre au bon département si c’est possible pour vous ou m’indiquer à qui faire parvenir mon message.

Je suis NON fumeuse depuis 10 ans ... et depuis tout ce temps j’ai développé une allergie ou hypersensibilité au TABAC

Tout le monde parle de ce problème en terme de fumée de cigarette ... et ce n’est pour moi pas le cas bien que la fumée m’embête assez rapidement et me laisse un goût de cendrier dans la bouche, ce qui est intenable... Ce n’est pas le pire.

Le pire est la PRÉSENCE tout simplement du TABAC, paquet de tabac ou cigarette ET NON PAS FUMÉE ...

Les éléments toxiques contenus dans le tabac me rendent littéralement malade pour quelques jours chaque fois que je me retrouve dans un environnement où il y a du tabac. (Je crois fortement que c’est l’ammoniaque ou autre produit du genre). Cela commence par une irritation de la gorge, éternuements puis les sinus qui se bloquent ... sécrétions qui coulent vers la gorge et crachats de mucus blanc transparent, puis ça peut aller jusqu’à de la tachycardie et impossibilité de dormir une nuit entière ... Ce qui n’enlève pas la fatigue. Ça s’estompe ensuite mais ça prend 2 à 3 jours.

Il serait bon de faire connaitre cette problématique. Croyez vous que je sois la seule personne qui vit ce problème ?

Je n’ai jamais vu aucun blog ou reportage ou enquête ou entendu parler d’étude à ce sujet et pourtant c’est un problème très grave,

Merci de m’avoir lu ...

SVP me rediriger où l’on pourra m’aider à comprendre ... à vivre ou à m’aider me protéger de cette problématique quand j’y suis confrontée.

Cordialement

C. P

Réponse :

Voici un extrait d’une des rares études qui abordent précisément ce sujet

Les allergies rapportées à la manipulation du tabac sont exceptionnelles dans la littérature. Pourtant, le tabac en tant que plante est un membre de la famille des solanacées au même titre que la tomate, la pomme de terre, les aubergines ou le poivron vert. La récolte est annuelle. Les feuilles une fois cueillies sont séchées en lieu plus ou moins clos, triées, emballées et amenées à la manufacture. Toutes ces manipulations peuvent générer des tableaux cliniques divers.
Ils peuvent être de nature toxicologique comme le « green syndrome », intoxication d’origine nicotinique susceptible de se produire lors de la manipulation des feuilles vertes entrainant nausées,vomissements céphalées et vertiges.
Ils peuvent être de nature irritante à l’origine de dermatoses localisées aux mains et aux avant-bras, favorisées par l’humidité et les microtraumatismes cutanées en rapport avec le brassage des feuilles.
En revanche les allergies par hypersensibilité aux constituants de la feuille de tabac sont rares pour ne pas dire exceptionnelles. Un cas d’urticaire généralisée a été décrit chez une ouvrière de manufacture du tabac le diagnostic ayant été retenu sur la positivité des tests cutanés. Plus récemment a été publié un cas de« toux spasmodique » sèche avec sensation d’oppression thoracique chez une agricultrice de 63 ans. Le diagnostic évoqué sur la positivité des tests cutanés était confirmé par le test réaliste en présence de feuilles de tabac séchées respirées pendant 20 minutes en cabine après avoir éliminé l’absence de moisissures sur les feuilles de tabac.
La production de tabac se délocalisant de plus en plus il est possible compte tenu de l’état sanitaire et des possibilités médicales de certains pays producteurs que ces atteintes soient très sous estimées. Elles n’en demeurent pas moins a priori peu fréquentes, malgré l’existence reconnue d’une glycoprotéine de 18kDa obtenue à partir d’un extrait de feuille de tabac à l’origine d’une hypersensibilité cutanée immédiate chez certains fumeurs et non fumeurs.
GA 

  • Faites un don
  • Rejoindre DNF
  • Echanger sur Facebook
  • Espace presse
  • Inscription à la lettre bimensuelle