Actualités

Éditorial

Meilleures pratiques pour une politique progressiste de prévention du tabagisme : L’exemple français

Le directeur de DNF était invité aujourd’hui, à Bruxelles, pour parler de l’exemple français de lutte contre le tabagisme.

La France est l’un des pays à avoir pris des mesures contre le tabagisme afin de protéger sa population. Ainsi la loi Veil a encadré la publicité ainsi que la restriction de la consommation de tabac dans certains lieux publics dès 1976. La « Loi Evin en 1991 a renforcé les interdictions sur la publicité pour les produits du tabac, ainsi que l’interdiction de consommation dans certains lieux. Toutefois, malgré l’arsenal législatif quasi complet et l’inventaire à la Prévert en matière de corps de contrôle, les infractions demeurent et la répression de celle-ci est encore faible.

En parallèle, la France a conduit une politique de taxation du tabac, pas toujours assez ferme et continue. Pour exemple, En 2003-2004, le premier Plan Cancer met l’accent sur la prévention, mais également sur une hausse forte de la taxation : en 14 mois, le prix du paquet de cigarettes de la marque la plus vendue augmente de 39% ; les ventes diminuent de 12% en 2003, et encore de 17% en 2004. Malheureusement, de 2004 à 2011, la France connaît une quasi-stagnation en matière de taxes et de prix, brisant cette dynamique. Puis, jusqu’à l’élection d’Emmanuel Macron, la hausse des prix a été irrégulière et assez faible. Désormais, la France va vers le paquet à 10 euros en 2020.

Cette ambition fiscale se conjugue avec des mesures adoptées ces dernières années et formalisées dans le PNRT puis PNLT. Depuis le 1er janvier 2017, tous les paquets de cigarettes et de tabac à rouler vendus en France doivent respecter les dispositions relatives à la neutralité des conditionnements, c’est le paquet neutre. Les avertissements sanitaires sont agrandis et renouvelés. A cette mesure fondamentale, s’ajoute l’Interdiction de vapoter dans certains lieux collectifs, depuis le 1er octobre 2017 ou encore l’Interdiction de fumer dans les véhicules en présence de mineurs.

La volonté de mettre fin à ce fléau débouche sur la mise en place du Mois sans tabac, campagne de prévention déjà célèbre pour ses bons résultats outre-Manche. La seconde édition aura battu tous les records de participation.

Ce nouvel élan semble porter ses fruits puisque le tabagisme quotidien était de 26,9% en 2017 (contre 29,4% en 2016), soit environ un million de fumeurs quotidiens adultes en moins. Nous pouvons noter le même type de baisse pour l’ensemble des fumeurs (quotidien + occasionnel) : 31,9% en 2017 (contre 35,1% en 2016), soit environ 1,4 million de fumeurs adultes en moins.

Pour la première fois depuis 2000, la prévalence tabagique quotidienne diminue chez les personnes ayant les revenus les moins élevés (38,8% en 2016, 34% en 2017) tout comme les personnes au chômage (49,7% en 2016, 43,5% en 2017).

Ces indicateurs tendent à démontrer que la France peut atteindre son objectif ambitieux d’une première génération sans tabac.

Bonne lecture,

Poser une question

 Dernières questions

  • Faites un don
  • Rejoindre DNF
  • Echanger sur Facebook
  • Espace presse
  • Inscription à la lettre bimensuelle