Actualités

Éditorial

En route pour la première génération sans tabac ?

L’Enquête nationale en collège et en lycée chez les adolescents sur la santé et les substances (EnCLASS)(1) annonce un recul généralisé des usages du tabac chez les jeunes : « cette désaffection durable illustre un changement normatif profond de l’image du tabac et de ses représentations parmi les adolescents » . En juin 2019, l’OFDT publie les premiers résultats d’une enquête collaborative internationale en milieu scolaire(2) conduite auprès de 20.000 collégiens et lycéens scolarisés en France métropolitaine et âgés de 11 à 18 ans. Ces derniers ont été invités à répondre en classe à un questionnaire en ligne portant sur leur bien-être et leurs comportements en matière de santé et notamment sur leur consommation de substances psychoactives.

Les résultats de cette enquête inédite ont été publiée en juin 2019 et sont particulièrement intéressants.

Sans surprise, les années collège sont celles des expérimentations. Alors que 7,6 % des collégiens de 6e déclarent avoir déjà expérimenté le tabac, leur part est quasiment multipliée par cinq en classe de troisième. C’est surtout entre les classes de cinquième et de quatrième que s’accélère la diffusion du tabagisme (de 14,0 % à 26,1 %). Cependant, ces années sont surtout celles de l’initiation -seulement 2.6% des collégiens sont fumeurs quotidiens.

Les années lycée, l’installation des addictions. Le passage de la troisième à la seconde se caractérise par la diffusion des expérimentations. Le tabagisme se développe au lycée avec l’amplification du tabagisme quotidien, qui passe de 6,5 % à la fin du collège à 14,0 % en seconde. En classe de terminale, un élève sur cinq fume quotidiennement.

Il faut néanmoins noter une réelle baisse de la consommation de tabac. L’enquête constate en effet « une nette baisse des niveaux d’usage », tant pour l’expérimentation que pour l’usage quotidien du tabac. Ces résultats sont encourageants. Les diverses mesures telles qu’une fiscalité forte, la mise en place du paquet générique portent leurs fruits et détournent petit à petit les adolescents du tabac.

Importante hausse de la consommation de e-cigarettes chez les adolescents L’enquête Enclass laisse apparaître une forte hausse du vapotage chez les adolescents y compris chez les élèves qui n’ont jamais fumé de cigarette. Près du tiers des élèves de quatrième et troisième en 2018 (32,0 %) et plus de la moitié des lycéens (52,1 %, soit 57,2 % des garçons et 47,1 % des filles) ont déjà fumé une cigarette électronique. Phénomène marquant, près d’un lycéen sur 10 a déjà expérimenté l’e-cigarette alors qu’il n’a jamais essayé la cigarette. Selon l’OFDT, ces pratiques marquent la dissociation croissante de ces deux manières de fumer, laissant entendre que l’e-cigarette bénéficie probablement d’une stigmatisation moindre par rapport à la cigarette.

En somme, les études convergent toutes vers la même conclusion : nos adolescents, longtemps considérés comme de gros fumeurs, se détournent du tabac. Les politiques de dénormalisation du tabac ont certainement leur rôle à jouer dans ce phénomène. Ces bons résultats restent néanmoins fragiles et la consommation de tabac chez les adolescents reste encore bien trop élevée. La prévalence du tabagisme chez les jeunes Français demeure supérieure à la moyenne européenne.

De plus, ce constat s’accompagne de la hausse du vapotage et plus largement de nouvelles façons de fumer qui laissent présager l’émergence de nouvelles problématiques de santé publique.

1. OFDT, « Usages d’alcool, de tabac et du cannabis chez les adolescents du secondaire en 2018 », Enquête EnCLASS, juin 2019. 2. Health Behaviour in School-aged Children (HBSC)1 et European School Project on Alcohol and other Drugs (ESPAD).

Poser une question

 Dernières questions

  • Faites un don
  • Rejoindre DNF
  • Echanger sur Facebook
  • Espace presse
  • Inscription à la lettre bimensuelle